Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2012

    Le vent continue à ėtre du bon cõté pour moi, je vais en profiter. Mes prochains objectifs à court terme  seront: Conduire mon camion, enfourcher mon vélo et pédaler sur les routes.
      Je vous quitte sur une citation de SÉNĒQUE :  Il n’y à pas de vent favorable à celui qui ne sait pas où il va.

Read Full Post »

image

Je me plus en forme de jour en jour, je vais bien. Une autre petite victoire cette semaine, je peux marcher seul, sans escorte,  dans les rues de mon village. Oui, une victoire peut ėtre bien anodine, mais conbien significative pour moi, car elle est sur la route qui conduit à la véritable réussite.

Read Full Post »

image

        Pas trēs productif sur le plan kilomētre, mais je me console, au niveau des paysages observés, wow. La traversée jusqu’à date fut merveilleuse et j’en garde un souvenir inoubliable,  les rencontres que j’ai fait furent toutes trēs sympathiques et pleines d’humanité. Des pouces levés, quelques paroles , vos encouragements assidus furent du carburant pour mon esprit et ma motivation.
    Mes souhaits:     Que les contours de mon aventure restent à jamais dans vos ames, puisse-t-elle continuée à vous faire voyager et rêver et que le meilleur soit devant moi, terminer mon parcours, les trois Amériques à vélo.

                                Bientõt, compte à rebour.

Read Full Post »

A mon arrivé,  Lima par  vos nombreux contact qui nous fut offert ,j’ai été acceuilli par un peruvien, il s’agit de Hernan, gars discret et sympatique qui demeure dans un des quartiers de Lima,  merci a anne-marie que ne connais même pas , mis a part par 2 ou 3 téléphone et je crois que c’est une connaissance de Lena qui travaille avec Karine et je dis je crois parce avec la multitude de contacts que j’ai eu,  j’en ai quasiment perdu le fil, mais tout simplement merci, j’ai sauvé un temps fou !

Ma cousine Edith , qui a atterit 24 heures apres mon arrivé a Lima, a joué un rôle important dans la traduction de ce qui se passe a la clinique aupres du personnel medical. Et c’est lors de notre deuxième journée ensemble que nous avons utilisé une opportunitée en or qui m’a été offerte lors de ma première  journee . J’ai fait la connaissance d’un péruvien a la clinica san borja et celui-ci m’a offert le gite sans rien demander et pour la duree dont je voulais , je lui avait fait part que ma cousine etait en route. Sans probleme qu’il me dit et j’ai deux place . Ça. Fait presentement 4 jours que je dors dans leur condo de Sans isidro, on pourrait croire que ça fait 20 ans que l’on se connaît. Kurt le gendre d’un medecin hospitalise au même endroit que Michel et sa mère Thérèsa nous hébergent,  ayant comme mentalité que la vie fera en sorte de leurs remettres un jour….  Ce qui réduit un paquet de tracas dans nos journée.

Mais presentement j’ai eu une demande de réécrire sur le blog car Michel m’en a fait la demande. Il dit qu’il faut continuer car beaucoup de gens suivent le blog.

Il me laisse libre choix pour le sujet.

Kurt,  nous instruit comme suit ;
Il y a environ 8000 ans les premières pommes de terres furent cultivées en bordure du lac titicaca, dans la cordillieres des andes , a la frontière entre le Pérou et la Bolivie. Au début les agriculteurs ont domestiqués des plants de pommes de terres sauvages et au cours des nombreuses années le peuple andains créa plusieurs variétés .

Et maintenant le Pérou est reconnu pour avoir créé plus de 4000 sortes de pommes de terres,  oui ,4000 ! A vrai dire environs 4300, les pommes de terre sont cultivées pour la plupart dans les andes.  Les productions  dépendent de l’altitude ou elle sont mises en terre et poussent sous divers climat.

Read Full Post »

image

           Le 23 novembre dernier, après 6 mois d’une longue mais dēlicieuse randonnēe solitaire à vélo, la vie avait un message à me transmette.
Actuellement je vais bien. Physiquement je fais de la raquette et du vélo stationnaire tous les jours. Mentalement, pour tout vous dire,les spécialistes de la réhabilitation me surprennent de jours en jours.  Je suis convaincu qu’ils vont me rendre meilleur qu’avant l’accident. Nous devrons cependant respecter une sentence sécuriraire. C’est comme ça, aprēs un traumatisme crânien. Donc un an ou presque avant que nous allions retrouvé mon vélo au Pérou et que je termine mon rêve inachevé, pédaler jusqu’au bout du monde, à Ushuaīa, Terre de feu.
           
           Je suis confiant, je  vais vous faire deux confidences ;  la vie m’a toujours enseigné à nourrir mon esprit de rêves et de projets, c’est ce qui me permet de continuer quand la route est parsemée de difficulté . La deuxiēme, mon pēre est un exemple de positivisme extraordinaire et j’en ai hérité. Un trio gagnant, la vie, mon pēre et vous tous.   

Read Full Post »